Les 5 éléments à retenir du Smart City World Congress 2019

Pendant 3 jours, Barcelone s’est transformée en centre mondial où se réalise la ville de demain lors du #SCEWC2019.
Olivia Grégoire

Des dirigeants des villes les plus innovantes, des leaders d’organisations, des start-ups, des membres du monde académiques et des passionnés (comme je le suis) se sont réunis pour partager leurs expériences et révéler les dernières innovations répondant aux plus grands défis actuels auxquels les villes sont confrontées : la transition numérique, la mobilité douce et efficace, la gouvernance ouverte, l’environnement urbain durable et les solutions inclusives et collaboratives.

Après ces trois jours, j’ai pris conscience que la Smart City n’est plus un concept mais bien une réalité qui a évolué au-delà de l’aspect « Smart = Technologique ».  Une Smart City doit être une ville humaine. C’est sans doute ce qui m’a le plus marqué lors de ce congrès.

Pour la transition numérique, tout est prêt. On a vu émerger l’IoT, l’intelligence artificielle, de nouvelles méthodes de traitement et de distribution de l’information comme la blockchain. Il est évident que la technologie est la colonne vertébrale de la Smart City, mais la Smart City est également bien plus que cela.

Des nouveaux modèles de gouvernance voient le jour : le citoyen est placé au centre des stratégies et le processus de décision n’est plus « top-down ».

De nouvelles approches en matière d’équité apparaissent. Une ville smart est une ville humaine et inclusive, aussi bien au niveau social, géographique et économique.

Pour ce qui est de la mobilité, « la liberté n’est pas d’avoir la capacité d’aller n’importe où en voiture ; la liberté est d’être capable d’aller où l’on veut sans avoir à utiliser une voiture1 ». Une mobilité intermodale en est la solution.

Nos espaces publics sont rendus plus sûrs, durables, inclusifs grâce à de nouveaux systèmes de distribution d’énergie, des bâtiments mieux conçus et mieux utilisés et en ramenant la nature au cœur des villes et plus proche des citoyens.

À Barcelone, tout le monde était d’accord sur un point, ces démarches sont complémentaires. Au tour des villes de se lancer dans l’aventure ! La première étape est peut-être de construire en amont un plan directeur vers une ville smart, d’en définir la gouvernance, et de les traduire en une roadmap pour un trajet fructueux vers une smart city en impliquant l’ensemble des parties prenantes : citoyens, collectivités, dirigeants, industries, start-up, académiques …

1Janette Sadik-Khan, anciennement commissaire des transports à la ville de New York

Merci d'avoir lu

Partager blog