Valoriser l’acte intellectuel au moyen d’un rééquilibrage de la nomenclature

En 2019, l’INAMI a lancé un grand chantier pour la réforme et le rééquilibrage de la nomenclature des prestations de soins. 3 équipes soutiennent scientifiquement cette réforme: l’ULB, UGent et Möbius. Möbius est en charge des secteurs de biologie clinique, anatomo-pathologie, radiothérapie et médecine nucléaire.
Nicolas Claus

Les objectifs de l’exercice sont:

  • Améliorer la logique interne
  • Renforcer la lisibilité et la transparence de la nomenclature en regard de l’activité
  • Tenir compte des évolutions médicales et technologiques
  • Eliminer ou réduire les différences non justifiées entre la médecine spécialiste et la médecine générale, ainsi qu’entre spécialités
  • Introduire des incitants à la qualité et à la collaboration

La première phase importante de l’analyse réalisée par Möbius se terminera au premier trimestre 2020 et a pour but de bien cadrer les enjeux des différents secteurs concernés et d’identifier si les codes actuels sont bien cohérents avec la pratique actuelle et son évolution. Pour cela, nous apportons une importance toute particulière à l’implication de différents experts de chaque discipline pour favoriser l’adhésion aux décisions. Cela nous permettra de définir la méthodologie la plus adaptée pour la révision, en tenant compte de différentes modalités de financement avec un regard sur les méthodologies internationales. Un challenge important de l’étude va être de valoriser l’activité intellectuelle et le travail du médecin, dans ces secteurs dont une grande partie est de plus en plus automatisée. Dès que les méthodologies seront définies par secteur, d’autres phases complexes de l’étude pourront commencer: la révision de la nomenclature et le couplage avec les différents coûts et pondérations.

 

En savoir plus? https://www.riziv.fgov.be/fr/presse/Pages/reforme-nomenclature-20190925.aspx

Merci d'avoir lu

Partager blog