10 conseils pour préparer votre hôpital à la révolution de la logistique

Le personnel hospitalier réagit souvent avec un certain scepticisme lorsque nous passons en revue les principes visant à améliorer leur gestion de la logistique. En effet, les bonnes pratiques sont souvent inspirées d'un contexte industriel. "Nous offrons des soins, monsieur, vous ne pouvez pas les appliquer ici si facilement." Une réponse parfaitement justifiée. La complexité de la matière, l'éthique, la priorité inhérente et le modèle commercial sont complètement différents.
Ayko Rappé

Toutefois, si l’on considère les processus logistiques purs (achat, transport, contrôle, tri, stockage, picking, distribution, retours et traitement des déchets), il existe des secteurs qui ont beaucoup plus d’expertise que les soins de santé. Pourquoi ne pas apprendre de ceux qui ont le plus d’expérience dans ce domaine ? 

Pourquoi nous devons apprendre de l’industrie 

Dans l’industrie, en particulier dans les entreprises de production et de distribution, les processus logistiques sont cruciaux. Les recettes et la satisfaction des clients dépendent presque directement de l’efficacité et de la qualité des livraisons. Des volumes importants, des variations énormes, une grande pression concurrentielle, des tendances fluctuantes, des normes de qualité strictes, des attentes croissantes de la part des clients, des objectifs climatiques… Ce sont autant de facteurs qui ont favorisé l’innovation dans le secteur depuis de nombreuses années 

 Bien que les processus logistiques dans le domaine des soins de santé n’aient pas (encore) la même priorité, des défis similaires sont souvent rencontrés, bien qu’avec leur propre spécificité. Le nombre d’admissions, d’examens et de consultations augmente en raison d’une durée de séjour plus courte, du vieillissement de la population et d’un accès plus facile aux soins. Plus les connaissances médicales sont étendues, plus elles sont complexes et donc plus variées. Les économies relatives en matière de soins de santé provoquent une pression concurrentielle bien particulière entre les hôpitaux, associée à des exigences de qualité plus élevées et à des patients plus exigents. En outre, les établissements de soins, comme toutes les grandes organisations, fixent également des objectifs climatiques. 

Il semble donc utile que nous partagions les meilleures pratiques sur la manière de relever ces défis. L’industrie aheureusement pour nouspris le temps d’expérimenter et de se perfectionner. Les principes théoriques ont été largement testés, certains ont échoué et d’autres ont prouvé leur utilité à maintes reprises. En outre, les principales connaissances en logistique de l’industrie sont déjà appliquées dans le secteur des soins de santé, bien qu’avec un certain retard. De nombreux entrepôts hospitaliers sont déjà remplis et réorganisés selon le principe de KanBan, les salles de stockage, les postes de soins et les salles d’opération sont réaménagés selon les principes du Lean, les stocks sont répartis selon les règles de Pareto, des niveaux de service sont définis avec les unités de stérilisation, les pilules sont distribuées à l’aide de robots… Ce sont tous des principes qui ont fait leurs preuves et qui contribuent aujourd’hui de manière presque standard à des processus de travail plus optimaux. Et c’est là que réside l’essentiel : optimiser les processus afin de pouvoir accorder plus d’attention aux soins directs, grâce au temps libéré. En faveur du patient. 

Le programme de l’industrie 

En partant de l’hypothèse que l’industrie expérimente pour nous et que nous pouvons mettre en œuvre ces principes par la suite, ajustés en fonction des besoins de notre secteur, il est important d’examiner ce qui occupe l’industrie en ce moment et les leçons qui en sont tirées dans la pratique. Dans les lignes suivantes, nous tenterons de transposer directement certains de ces principes au secteur des soins de santé.  

  • Tout d’abord, une connectivité accrue est cruciale. Presque chaque nouvelle avancée technologique génère et nécessite une quantité massive de données, qui doivent être rapidement interprétées par tous les acteurs, tant en interne entre les services qu’avec les fournisseurs, les prestataires de services de première ligne et les autres partenaires….  
  • L’intégration de la supply chain signifie que le flux d’informations depuis la production jusqu’au patient doit être transparent et se produire en temps réel. Cela concerne tous les flux logistiques dans un hôpital, y compris le matériel, les médicaments, la nourriture, le linge et les patients.  
  • L’utilisation de l’Internet oThings (l’internet des objets) jouera un rôle extrêmement important à cet égard. La superposition d’un nombre gigantesque de petits points de mesure permet ainsi d’obtenir un système fiable, sans interaction humaine. Pensez au stock d’un médicament qui serait automatiquement recommandé lorsque le détecteur de poids remarque qu’il ne reste que dix boîtes en stock. Ou une application qui peut indiquer à tout moment à une infirmière où se trouve la pompe de pression artérielle disponible la plus proche. Ou à l’équipe de nettoyage quelle chambre doit être nettoyée en premier.  
  •  En combinaison avec l’intelligence artificielle, cela devient un système intelligent, qui peut également améliorer la qualité de nos soins. Par exemple, en tant que médecin, vous pourriez recevoir, sur base de paramètres mesurés automatiquement et périodiquement, une suggestion de liste reprenant les patients que vous devriez voir en priorité. 
  • Comme dans d’autres secteurs, nous serons en mesure d’adapter entièrement les soins aux besoins et souhaits individuels des patients (pensez à tous les produits qui vous sont déjà “recommandés” en fonction de votre comportement). Cela concerne notamment les régimes alimentaires, les allergies, les disponibilités, les priorités … sans pour autant devoir adapter le planning des différents services concernés. 
  • La robotisation de la production, de la distribution et du transport sera le seul moyen efficace pour automatiser un flux individualisé de matériel, de médicaments et de nourriture vers le patient sur base de l’énorme quantité de données disponibles. Le type de chariots autoguidés qui circulent actuellement dans l’entrepôt d’Amazon (ou sa version modifiée), livrera demain dans les hôpitaux le matériel au moment exact où il sera utile. 


Photo by The Robot Report

Quand devons-nous commencer à apprendre  

Nombre de ces évolutions ne sont certainement pas pour demain, compte tenu des énormes investissements nécessaires. Cependant, nous pouvons déjà commencer maintenant avec les aspects ci-dessous, qui nous préparent pour le grand saut à une date ultérieure. 

En tant qu’hôpital : 

  1. Obtenez un aperçu des données actuelles de votre hôpital, c’est toujours la première étape. À quelle fréquence effectuons-nous certaines tâches et actions, combien de temps cela prend-il, combien cela nous coûte-t-il… ? 
  2. Élaborez une vision stratégique de la logistique à long terme avec votre réseau, en tenant compte de vos conditions particulières. Ne faites pas d’investissements qui créeront un obstacle ou un coût supplémentaire par rapport aux principes ci-dessus. 
  3. Intensifiez et accélérez la mise en réseau, ce n’est qu’à cette échelle que les investissements seront réalisables et efficaces. Évaluez les collaborations existantes en matière de logistique. 
  4. Le fait de regrouper dès à présent la gestion de tous les flux logistiques sous la responsabilité d’un seul directeur accélérera considérablement le processus de mise en œuvre par la suite. 
  5. Tenez compte de la mise en place ultérieure de petits points de mesure (salles, portes, voies de circulation, zones de stockage, etc.) lors de chaque rénovation. 
  6. Initiez progressivement les employés à de petites formes de robotisation. 
  7. Visitez une fois par an une organisation qui expérimente déjà les principes ci-dessus, de préférence dans le secteur des soins de santé. Cela peut parfaitement se faire en tant qu’activité de teambuilding et cela permet de faire lentement évoluer les mentalités. Comme le projet pilote Ufound sur le suivi et la traçabilité du matériel au centre médical universitaire d’Utrecht. 

 Le gouvernement joue également un rôle important, les autorités doivent encore réaliser les tâches suivantes : 

  • L’élaboration de normes au niveau européen pour l’échange de données, afin que les fournisseurs de logiciels puissent facilement relier leurs systèmes entre eux. 
  • Élaborer des réglementations adaptées au niveau fédéral qui permettent une plus grande coopération (par exemple pour une pharmacie centrale au niveau du réseau). 
  • Faciliter la coordination entre le secteur des soins de santé et les fournisseurs/partenaires afin de mieux aligner le flux logistique et de préparer les futurs échanges de données. 

Si nous voulons améliorer sensiblement la qualité de nos soins d’ici dix ans, nous devons optimiser ensemble les processus de support autant que possible. C’est précisément pour cette raison que l’innovation en matière de logistique doit être déployée pour rendre les processus internes plus efficaces, afin que nous puissions passer plus de temps au chevet du patient. Tous les établissements de santé sont confrontés aux mêmes défis, n’hésitez pas à apprendre les uns des autres et à demander un appui.  

 N’hésitez pas à nous contacter pour en discuter. 

 

Merci d'avoir lu

Partager blog