Be’Ah – Lancement d’un centre de recyclage à Mascate

Depuis plusieurs années, Be'ah, responsable de la gestion des déchets à Oman, poursuit un objectif ambitieux de réduire la production de déchets de 80% à l’horizon 2030. Parallèlement, ils veulent réduire la quantité de déchets par habitant à moins de 1 kg par personne et par jour. Le changement de comportement des Omanais est essentiel à cet égard. C’est pourquoi Be’ah prend un certain nombre d’initiatives pour prévenir, réutiliser et recycler les déchets – un modèle économique circulaire pour Mascate, la capitale du Sultanat d’Oman. L’introduction d’un centre de recyclage à Mascate devrait faciliter l’adoption des principes circulaires par le grand public. Dans ce centre, les objets auront une deuxième vie et seront aussi réparés ou reconditionnés si nécessaire. Il peut s’agir de vêtements, de mobilier, de matériel électronique, de jouets, etc.  Mais comment mettre en place ce modèle d'entreprise circulaire, comment obtenir l'adhésion des principales parties prenantes et comment dépasser la phase pilote?
Ania Coen

Approche

Avec nos partenaires, VITO (le centre flamand de recherche et technologie) et Kringwinkel Antwerpen, nous nous sommes posé 4 questions pour opérer la transition vers un modèle circulaire :

  • Quelle est la vision du centre de recyclage et comment Be’Ah peut collaborer avec tous les parties prenantes impliquées ?

Be’Ah souhaitait collaborer avec l’Université Sultan Qaboos ainsi qu’avec un certain nombre d’organisations caritatives installées dans la région pour impliquer les organisations, les citoyens et étudiants et les acteurs de l’économie sociale dans le développement d’une vision et la mise sur pied du centre de recyclage. Grâce à des entretiens avec les partenaires concernés, nous avons pu mieux comprendre les activités en cours et les besoins et souhaits de chaque partie prenante. Sur base de ces informations, nous avons élaboré une stratégie circulaire pour le centre de recyclage avec des objectifs clairs (et mesurables) afin de parvenir à une situation avantageuse pour tous les acteurs concernés.

  • Comment pouvons-nous tendre vers un modèle économique durable, qui implique une situation win-win pour tous les acteurs concernés ?

Les décisions sont motivées par des analyses de rentabilité claires et tangibles, et ce n’est pas différent pour l’économie circulaire. L’identification des facteurs déterminants pour les entreprises est essentielle pour favoriser la participation des parties prenantes. Dans le cas du centre de recyclage, cela signifie même traduire l’impact de la participation au centre de recyclage en termes financiers pour les organisations caritatives, le gouvernement et les entreprises. Les scénarios d’avenir ne sont presque jamais gravés dans la pierre – effectuer des analyses de sensibilité et donner aux acteurs une vision approfondie des risques et des opportunités s’est avéré constructif lors de l’ouverture du dialogue sur la manière de procéder.

  • Comment pouvons-nous instaurer une gouvernance solide afin d’avoir un impact sur tous les fronts ?

Concilier les besoins et les souhaits des différentes parties prenantes, travailler ensemble sur un projet innovant, ne fonctionne qu’avec une gouvernance solide. Qui est responsable de quoi ? Comment prenons-nous les décisions ? Comment mesurons-nous le succès ?Une structure de gouvernance favorable et des flux de produits lean étaient essentiels pour faire de ce modèle économique circulaire un succès – surtout pendant les premières années. L’équipe a travaillé ensemble sur les rôles et les responsabilités, et sur les compétences réellement nécessaires. En outre, nous avons proposé un plan d’aménagement du centre de recyclage qui utilise efficacement tout l’espace disponible et réduit le temps de traitement. En outre, nous avons mis en œuvre des principes utiles de rationalisation (Lean), tels qu’un système de kan-ban, les 5S, la gestion visuelle, le PDCA, etc.

  • Quel est l’impact écologique et social du centre de recyclage ?  

Les décideurs politiques évaluent l’impact d’un modèle de gestion circulaire d’un point de vue économique, écologique et social. Afin de rapprocher les points de vue, l’équipe a ajouté une dimension écologique (réduction des émissions de CO2) et sociale (combien d’emplois créons-nous) à l’ensemble. Cela a conduit à un argumentaire clair et convaincant pour lancer la conception et le développement du centre de recyclage.

 

Résultats

Au cours de ce projet, tous les acteurs impliqués dans la mise en place du centre de réutilisation à Mascate – et plus particulièrement Be’Ah, ont eu un aperçu de la situation:

  • La vision du centre de recyclage, en accord avec les objectifs de développement durable
  • Suggestions de modèles de collaboration entre tous les acteurs concernés (université, organisations caritatives, etc.)
  • Un modèle économique et le dossier commercial calculé contenant différents scénarios possibles
  • Une analyse de sensibilité minutieuse indiquant les risques importants qui pourraient influencer les finances du centre de recyclage et donc les bénéfices des parties concernées.
  • L’impact du centre de réutilisation sur les paramètres écologiques et sociaux du Sultanat.

 

Merci d'avoir lu

Partager référence