Des collaborateurs, vous dites ?

Non, des porte-drapeaux…
Nathalie Vermassen

“Nathalie Vermassen, HR Manager, Mobius” … à chaque fois qu’on m’épingle un badge (ou plutôt maintenant qu’on me colle un badge), je ressens comme des frissons, je n’y peux rien. Même au bout de 15 ans, bien que je ne sois pas entrée sur le marché du travail à l’époque armée d’un diplôme en ressources humaines. C’est vrai que je m’y suis en revanche formée, que j’ai suivi des cours, que je me suis nourrie de l’expérience de personnes dont les titres ronflants traduisaient des connaissances bien supérieures aux miennes, que j’ai étudié et obtenu des certificats, développé des matrices de compétences, constitué des bases de données, que ceux qui me suivront pourront être fiers des articles que j’ai signés sur les ressources humaines.

… toutefois, j’ai surtout appris autre chose : ce ne sont pas ces types d’outils qui « font » les RH au sein d’une entreprise. L’université de la vie (je me permets d’utiliser cette terminologie vu mes années au compteur) vous en apprend bien plus. Aussi, quand notre nouvelle responsable marketing m’a demandé ce que nous faisions en matière d’’employer branding’ (à l’heure de la guerre des talents, cette question revient souvent), j’ai bien vu à son regard que ma réponse n’était pas tout à fait académique.

C’est sûr que nous participons à une course sans fin dans les médias sociaux. Évidemment que nous faisons le maximum pour voir figurer notre logo de temps à autre dans les ‘bons’ médias. Sans parler des base-lines sur nos voitures de société qui cherchent à séduire de nouveaux collaborateurs. Pourtant, la clé se trouve ailleurs, au-delà de ces petits coups de pub qu’on peut exploiter, arrêter ou remplacer le lendemain si on le souhaite par d’autres artifices, qui feront eux aussi leur temps.

Ce qui à mon sens fonctionne dans tous les cas et n’a pas de prix, réside dans ce que ‘nos collaborateurs’ transmettent. J’entends par là le plaisir qu’ils éprouvent dans leur travail et qui émane de leur personne quand ils arrivent quelque part, et qu’ils communiquent aux autres tout en les étonnant et en forçant leur admiration. J’entends par là la passion qui anime nos collaborateurs dans la réalisation de leurs projets et éveille la curiosité vis-à-vis de notre métier. J’entends par là leurs réponses aux questions posées par les étudiants lors de salons de l’emploi, des réponses qui viennent du fond du cœur et montrent à quel point les valeurs prônées par Möbius ne sont pas de vains mots mais bien des réalités ancrées dans le quotidien. J’entends par là les expériences qu’ils racontent à leurs amis, voisins, anciens camarades d’études, tous captivés et passionnés en découvrant ce qui rend la vie d’un consultant si enrichissante. Je ne parle d’ailleurs pas uniquement au présent, je parle également des personnes qui ont quitté le navire Möbius et nous portent toujours dans leur cœur, celles-ci font à jamais partie de Möbius, elles sont les ambassadrices d’une période passée où elles ont énormément appris, où elles ont bénéficié d’innombrables opportunités dont elles nous sont, aujourd’hui encore, reconnaissantes.

Donc oui, si vous me demandez ce que nous faisons en matière d’‘employer branding’, je réponds qu’à nos yeux il n’existe qu’un seul canal vraiment valable : nos collaborateurs et ex-collaborateurs qui, jour après jour, véhiculent l’image de notre société. Des hommes et des femmes qui en motivent d’autres, les convainquent à leur tour de rejoindre Möbius parce qu’on s’y sent bien. Et je suis convaincue que la voix de ces personnes porte bien au-delà de n’importe quel appareil marketing ou RH, pour autant que vous osiez lui accorder votre confiance et l’accueilliez avec enthousiasme.

J’imagine qu’on ne demandera pas mon témoignage au cours du prochain congrès consacré aux analyses propres aux RH et au retour sur investissement des canaux de recrutement… mais peu importe, j’ai d’autres chats à fouetter. Car si vous voulez bien m’excuser, je vais prendre un café avec mes collègues, avec les ‘porte-drapeaux’ de la société formidable dont je fais partie.

Merci d'avoir lu

Contactez notre expert

Nathalie Vermassen