Industrie
Supply Chain Management

Les directeurs Supply Chain devraient observer les stocks à la façon des Esquimaux.

Comment pouvons-nous comprendre le concept de stock et être en mesure de prendre les bonnes décisions sur ce sujet si nous ne pouvons même pas le décrire avec précision ?
Luc Baetens

La légende raconte que les Esquimaux possèdent plus de 100 mots différents pour désigner la neige.

Je ne suis pas en mesure de vérifier la véracité de cette affirmation, mais d’après Wikipédia, ils appellent la neige sur le sol « aput », la neige qui tombe « qana », la neige poudreuse « piqsirpoq » et une tempête de neige « qimuqsuq ». De même, la langue française compte de nombreux mots pour la pluie. En effet, une sortie sans parapluie sous la pluie peut entraîner différentes conséquences selon qu’il soit question de crachin, d’averse ou de déluge…

Ces deux exemples illustrent la relativité linguistique : le langage influence la pensée. Certains experts vont jusqu’à dire que le langage détermine la pensée : il est uniquement possible de penser ce que l’on peut dire. Nous n’allons pas aussi loin, mais l’idée sous-jacente de la relativité linguistique est facile à comprendre : plus les gens doivent penser à un phénomène, plus ils ont besoin de mots pour décrire les différences subtiles entre les variantes de ce phénomène. Les différents mots les aident à préciser ce qu’ils veulent dire, à mieux comprendre ce dont ils parlent et à faire de meilleurs jugements.

Appliquons le principe de la relativité linguistique au mot « stock ». Quelle est l’importance du stock au sein de votre entreprise ? Combien de mots utilisez-vous pour le décrire ? Comment pouvons-nous comprendre le concept de stock et être en mesure de prendre les bonnes décisions à ce sujet si nous ne pouvons même pas le décrire avec précision ?

Nous n’avons pas besoin de 100 mots différents pour décrire un stock.

Quelques-uns suffisent. Concentrons-nous sur 5 mots cruciaux pour une bonne prise de décisions concernant les stocks.

  • Les stocks de sécurité sont des stocks que vous conservez comme tampon pour les incertitudes normales des opérations quotidiennes. C’est le stock qui vous permet d’éviter les problèmes si la demande est plus élevée que prévue ou si le réapprovisionnement n’arrive pas le jour auquel vous l’attendez.
  • Lesstocks d’anticipation ressemblent un peu aux stocks de sécurité, mais suivent une logique différente. Une entreprise peut décider de constituer un stock d’anticipation pour couvrir un pic de demande qu’elle ne sera pas en mesure de produire au moment de la demande. Les stocks de sécurité sont guidés par l’incertitude et les stocks d’anticipation par un déséquilibre provisoire identifié entre l’offre et la demande.
  • Les stocks stratégiques se trouvent de l’autre côté du spectre de l’incertitude. Les entreprises ne les gardent pas en tant que protection contre un événement planifié. Elles ne les gardent pas non plus comme tampon pour des variabilités régulières. En effet, les stocks stratégiques sont là pour anticiper les risques.
  • Les stocks cycliques sont le résultat de quantités de commande minimum ou de quantité de production minimum. Les entreprises constituent des stocks cycliques parce qu’il est moins coûteux d’acheter ou de produire des biens en grandes quantités que de les acheter ou de les produire à l’unité.
  • Les stocks en transit sont le résultat de délais. Si des biens passent 2 mois en transit entre deux continents ou 4 semaines en traitement chez un sous-traitant, vos registres feront état d’un tel stock.

 

Si quelqu’un vous dit : « Nos stocks sont trop élevés », demandez : « De quel stock parlez-vous ? »

Tant que vous n’avez pas de réponse à cette question, n’espérez pas réaliser des améliorations durables au niveau de l’efficacité de vos stocks.

Pourquoi ? Parce que les différents types de stocks fonctionnent de différentes manières.

  • Lesstocks de sécurité dépendent de l’incertitude et de la réactivité. Pour réduire les stocks de sécurité, veillez à réduire l’incertitude de l’offre et la demande ainsi qu’à réduire les délais.
  • Lesstocks d’anticipation sont guidés par les limites de capacité de production par rapport aux pics de demande. Pour réduire le besoin de stocks d’anticipation, augmentez la capacité de production pour gérer les pics de demandes.
  • Les stocks stratégiquessont difficiles à réduire. Mais soyez sûrs que nous y avons consacré la réflexion nécessaire.
  • Si les stocks cycliquessont trop élevés, discutez-en avec les services Achats et Production. Peuvent-ils réduire les frais de mise en place, devrions-nous renégocier avec les fournisseurs ?
  • La réduction des stocks en transitconsiste à réduire les délais. Éliminez les temps d’attente dans le processus et les stocks en transit diminueront automatiquement.

Il est beaucoup plus facile d’améliorer l’efficacité du stock lorsque vous savez de quel type de stock vous parlez. Apprenez à distinguer les types de stocks comme les Esquimaux distinguent les types de neige pour mieux contrôler les millions que votre entreprise investit dans ses stocks.

 

Merci d'avoir lu

Contactez notre expert

Luc Baetens