Gestion de projet lors d’une étude sur la nécessité de la création d’une carte sociale interne

Croix Jaune et Blance de Flandre Occidentale
Wit-gele kruis vlaanderen

Avant que la Croix Jaune et Blanche de Flandre Occidentale ne franchisse le pas vers une carte sociale interne et numérique, intégrée ou non à son dossier infirmier informatisé (DII), l’organisation a d’abord voulu recenser les besoins et les exigences des différentes parties prenantes en matière d’orientation des patients vers les bons prestataires de soins et/ou organismes de soins et de bien-être. En outre, les obstacles auxquels le personnel est actuellement confronté lorsqu’il s’agit de réorienter les patients vers d’autres prestataires ont été analysés. Dans ce cadre, Möbius a assisté la Croix Jaune et Blanche de Flandre Occidentale dans cette vaste enquête.

Esther Chevalier

Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès et travailler ensemble est un succès !

Stefanie Decock, directeur des soins Wit-Gele Kruis West-Vlaanderen

Défi stratégique

La division Flandre Occidentale de la Croix Jaune et Blanche souhaite soutenir de manière optimale ses collègues infirmiers et soignants ainsi que le personnel administratif dans l’offre de soins et services adéquats aux patients. En s’appuyant sur cette vision, l’organisation a voulu savoir où le bât blesse lorsque le personnel doit orienter efficacement les patients vers les soins et le soutien appropriés. D’autre part, la Croix Jaune et Blanche (division Flandre occidentale) souhaitait également évaluer la mesure dans laquelle les outils d’orientation existants au niveau des soins de santé flamands et fédéraux pouvaient être intégrés dans la nouvelle carte sociale et dans quelle mesure cette nouvelle carte sociale pouvait faire partie de leur DII.

Approche

Dans une première phase, les différents groupes de parties prenantes internes (personnel infirmier et soignant, département qualité et innovation, département informatique, personnel administratif, responsables de département, etc.) ont été identifiés. En particulier ceux qui sont (ou peuvent être) directement et indirectement impliqués dans l’orientation des patients. Un entretien a été mené avec des représentants des différentes parties prenantes afin de déterminer les obstacles actuels à une bonne orientation et la façon dont ils envisagent l’avenir d’une carte sociale numérique au sein de la Croix Jaune et Blanche.

Après la collecte et l’analyse des données qualitatives (par le biais des entretiens) et quantitatives (nombre d’orientations par département via le DII actuel), un questionnaire supplémentaire a été conçu pour atteindre le grand groupe de parties prenantes, à travers les 12 départements de la Croix Jaune et Blanche de Flandre occidentale, et pour évaluer les obstacles qu’ils perçoivent, les facteurs de facilitation et leurs visions futures sur la meilleure façon d’orienter les patients vers le bon prestataire de soins ou la bonne organisation de soins et de bien-être. Enfin, nous avons examiné quels sont les outils actuellement disponibles pour orienter les patients, et comment l’offre de soins peut être davantage complétée grâce aux données disponibles au niveau flamand et fédéral. Nous avons cherché à savoir dans quelle mesure une nouvelle carte numérique sociale peut ou non être intégrée au DII actuel, et quelles sont les possibilités d’intégration à plus long terme d’une application autonome de carte sociale.

Résultats

L’étude qualitative et quantitative sur la nécessité d’une carte sociale numérique interne a débouché sur des résultats très intéressants. Forte de ces résultats, la Croix Jaune et Blanche de Flandre Occidentale poursuivra ses travaux et un plan d’action sera élaboré, dans lequel les objectifs pour la poursuite du développement d’une carte sociale numérique interne seront affinés.