Vers une économie de partage et de revalorisation florissante à Hasselt

La ville de Hasselt veut devenir une ville durable et soucieuse du climat. L’un des objectifs sous-jacents est de devenir une ville circulaire et de partage où davantage de choses sont partagées, réutilisées et réparées. Si nous (ré)utilisons les produits, les matières premières et les matériaux plus intensivement et plus longtemps, il y aura moins d’émissions de CO2 généré par la fabrication de nouveaux biens.

C’est pourquoi la ville de Hasselt veut examiner si la création d’un incubateur de partage et de revalorisation est judicieuse. C’est un lieu qui aide les citoyens, les organisations et les entrepreneurs d’Hasselt issus de l’économie du partage et de la revalorisation à démarrer et à se développer en offrant des services tels que l’hébergement, le coaching, l’accès aux financiers et aux réseaux. La Ville veut également savoir ce que les initiatives existantes de partage et de récupération attendent d’un tel incubateur et quel peut/doit être son rôle.

Mathias Fahy

J’ai vraiment apprécié la collaboration avec Möbius. Les réunions ont été très bien préparées, les rapports étaient visuellement très attrayants et toujours pertinents. Le confinement imposé par le coronavirus a nécessité une approche créative, innovante et flexible, mais Möbius y est également parvenue. C’est ainsi que le projet a pu être mené à bien dans les délais impartis.

Stien Stassen – Conseiller Durabilité Ville de Hasselt

Approche

1. Analyse des incubateurs de partage et de revalorisation en Belgique et à l’étranger

Möbius a d’abord enquêté dans d’autres villes (belges et européennes) qui disposent déjà d’incubateurs de partage et de récupération. Au cours des entretiens, nous avons concentré notre attention sur les facteurs de réussite et les pièges de la mise en place d’un tel incubateur, mais aussi sur les collaborations possibles : Quels sont les parties qui travaillent ensemble ici ? Quel est le rôle de l'”autorité de régulation”, dans ce cas-ci : le conseil communal ?

2. Cartographie des besoins des initiatives existantes de partage et de revalorisation et collaboration au développement d’une vision pour l’incubateur de partage et de récupération

Dans un deuxième temps, les initiatives de partage et de récupération existantes (circa 20 partenariats) à Hasselt ont été impliquées dans le projet. Pensez aux repair cafés, à la vélothèque, à la ludothèque, au magasin d’échange ‘t Wisselke, au SEL Limbourg, etc. Chaque fois, nous avons examiné leurs objectifs à court et à long terme et leurs besoins – en matière de services, d’opérations, de développement, d’acquisition de clients, … Nous avons ensuite examiné leur point de vue sur la valeur ajoutée éventuelle d’un incubateur de partage et de récupération à Hasselt qui rassemblerait diverses initiatives citoyennes sous un même toit et dans quelle mesure ils souhaiteraient y installer leur initiative.

Bien que la COVID-19 se soit invitée dans notre projet, nous ne nous sommes pas laissé interrompre dans l’élaboration d’une vision partagée par l’ensemble des protagonistes. Dans le cadre d’un atelier digital, les différents besoins identifiés ont été rassemblés et approfondis par un groupe d’initiatives citoyennes et d’employés de la Ville. Au cours de cette session, nous avons également comblé le fossé entre les objectifs d’un éventuel incubateur de partage et de récupération – en utilisant les objectifs de développement durable – et la manière dont un tel incubateur pourrait créer plus de synergie entre les initiatives de partage et de récupération participantes. Enfin, un brainstorming a également eu lieu sur les différents rôles que la Ville pourrait jouer dans un tel partenariat.

3. Entamer le dialogue avec les entreprises locales

Une économie de partage et de revalorisation est souvent organisée “séparément” des acteurs économiques habituels. Il s’agit d’initiatives liées à l’économie sociale – pensez au Kringwinkel et à la ludothèque – ou mises en place par des citoyens ou la société civile – pensez aux repair cafés et à la vélothèque. Dans cette étape, Möbius a également voulu examiner si et de quelle manière une fertilisation croisée peut avoir lieu entre l’incubateur de partage et de réparations et l’économie locale régulière. Nous avons entamé des discussions avec un certain nombre d’entreprises de Hasselt et avons trouvé comment elles pourraient elles aussi lancer des projets de valeur en coopération avec un incubateur de partage et de revalorisation.

Résultats

La mission a permis d’obtenir deux documents immédiatement utilisables :

  1. Un plan d’approche avec des mesures concrètes (à court et à long terme) que la ville de Hasselt peut prendre pour mettre en place un incubateur de partage et de récupération. Cela va de l’aide au démarrage ou au développement d’initiatives, à la mise à disposition d’un espace, au développement d’instruments pour promouvoir la coopération entre les initiatives de partage et de revalorisation.
  2. Un plan spatial qui indique les besoins et les exigences auxquels le bâtiment doit répondre et, en outre, donne un aperçu des initiatives qui pourraient être mises en place à court terme et de celles qui le seront à moyen terme. En outre, nous avons fourni des informations supplémentaires sur la manière dont l’incubateur peut être rendu autonome à long terme et où les ressources de démarrage peuvent être trouvées.